l'éponge et l'huître

 

ou que faire des crasses qui nous traversent ?

Concept : Dominique Roodthooft

 

 

Que faire des crasses qui nous traversent ? C’est la question que s’est posée Dominique Roodthooft (bien avant le Covid 19!) en se sentant peu à peu devenir comme une éponge gonflée de « tous les maux du monde » qu’elle n’arrivait plus à dégorger. Une amie, à qui elle confiait sa sensation, lui a répliqué non sans humour qu’elle pouvait choisir entre l’éponge qui absorbe tout ou l’huître qui filtre et peut même d’une crasse fabriquer une perle.

 

A partir de la métaphore de l’éponge et de l’huître (qui en réalité sont tous les deux des animaux filtrants), différent.e.s créateur.rice.s  ont été sollicité.e.s par la maison de création le CORRIDOR pour interroger et activer artistiquement ce concept de filtrage : à quoi fait-on attention, que choisit-on de garder, d’éliminer ou d’ignorer dans ce qui nous traverse ? Suis-je plutôt un filet de pêche qui ne capture que ce qui lui convient, une station d’épuration qui bloque ce qui ne lui convient pas ou un filtre qui laisse passer les flux tout en tentant de les infléchir vers ce qui favorise la vie ?

 

Par ces commandes de créations, le corridor a souhaité aussi donner l’occasion à des artistes de se remettre au travail après le confinement qui a paralysé le monde culturel. Dans le cadre de la BIP qui questionne l’impact de l’art sur le réel, ces créations sont présentées sous la forme d’une visite guidée  : images, films, et art vivant s’entremêlent, accompagnés de deux ateliers participatifs, permettant au public de se frayer un chemin philosophique, poétique et politique dans ce parcours.

 

Production

le corridor
en partenariat avec la BIP Liège

Avec le soutien : de la Fédération Wallonie-Bruxelles / Service Théâtre ; de la Région wallonne / Service Emploi ; de la Province de Liège / Service culture

 

Création et diffusion

du 19 septembre au 25 octobre 2020: au corridor dans le cadre de la BIP Liège

le 8 juillet 2021:  Colloques de Cerisy sur la thématique de L'enchantement qui revient

Distribution

Concept : Dominique Roodthooft
Visite guidée : Nora Dolmans
Dramaturgie : Isabelle Dumont, Dominique Roodthooft
Assistance scénographique : Patrick Corillon, Gabrielle Guy, Valérie Perin
Infographisme : Raoul Lhermitte
Régie : Gabrielle Guy et Nora Dolmans
Administration : Françoise Sougné
Relations Publiques : Bastien Deleixhe

 

Artistes invités : 

Pour réaliser une image possible : Inès Cassigneul (Sentimentale Foule), Collectif Corsaire (Ferdinand  Despy, Simon Hardouin, Justine Lequette, Elsa Seguier-Faucher, Eva Zingaro-Meyer), Isabelle Dumont, Gabrielle Guy, Antoine Janvier, Csilla Kemenczei, Stéphane Olivier, Axel Serveaux, Sarah Vanagt, Mieke Verdin, Marie-Laure Vrancken,
Pour réaliser un film : Solta (Pieter De Buysser), Sarah Vanagt
Pour réaliser un film d’animation : Patrick Corillon
Pour réaliser une fiction audio : Pierre Kissling, Marilou Kissling
Pour réaliser un carnet de croquis : Pascal Lemaitre
Pour animer les ateliers : Inès Cassigneul et Isabelle Dumont

Philosophes référents  
Yves Citton, Vinciane Despret, Antoine Janvier, Baptiste Morizot

Merci à
Vincent Firket, Camille et Martin Firket, Pascal Lemaître, Stéphane Olivier, Hubert Renier, Mitat Sadiku, l’ULiège (Jessica Borotto, Vinciane Despret, Antoine Janvier, Lucienne Strivay) et le Théâtre de Liège

 

EXTRAITS DE PRESSE

« (...) pas un mot prononcé par notre hôte n’est dû au hasard. Avant chaque intervention, elle pousse sur un petit bouton déclenchant un enregistrement qu’elle seule peut entendre grâce à son oreillette. Il lui suffit alors de répéter mot pour mot ce qu’elle entend. Mais le mimétisme va plus loin puisqu’elle reproduit les intonations, les accents, les silences, les souffles, les moindres détails du discours enregistré par les différents artistes et penseurs. À chaque station, la guide devient donc celle ou celui qui a réalisé l’œuvre qu’elle nous présente. Incroyable et fascinant jeu d’incarnation par la seule force du verbe. »

 Jean-Marie Wynants, L’éponge ou l’huître : suivez la guide, Le Soir, le 7 octobre 2020

 

« (...) l’actrice-autrice Inès Cassigneul s’est immergée dans une carte ancienne du Mississipi, dans son histoire et ses méandres, jusqu’à proposer une ébauche de conte. Le philosophe de la pédagogie Antoine Janvier a questionné les supposés « rebus » de l’éducation pour “retourner la perspective et se débarrasser de la logique de l’impératif “. Le créateur sonore Pierre Kissling a mixé une fiction inventée par sa fille, mettant en évidence le filtre naturel de l’imaginaire chez les jeunes enfants. Quelques exemples parmi bien d’autres propositions qui, chacune dans sa singularité, s’adressent à la singularité de chacun, à l’inquiétude universelle et intime des humains qui aspirent à entretenir avec le monde et leurs contemporains un rapport plus juste. Et à qui l’art, ô combien pluriel, offre ses chemins de justesse à travers une pensée en construction. »

Marie Baudet, Questionner le pouvoir filtrant de l’éponge et de l’huître, La Libre Belgique, mercredi 21 octobre 2020

 

presse

 

EH2

La Libre Belgique - 21/10/2020

EH2

La Soir - 07/10/2020


 

haut de page